TPE/PME : Comment trouver une entreprise à reprendre ?

Bien souvent, le marché des entreprises à reprendre reste assez confidentiel et il n’est pas toujours simple de faire les démarches. 

Cela demande généralement au repreneur d’avoir des réseaux (personnels et professionnels) plutôt importants pour tomber sur les “perles rares”. La tâche ne se facilite pas plus lorsqu’il s’agit de l’acquisition d’une entreprise par des TPE ou des PME. Ce qui devrait être un levier de croissance puissant et accélérer leur développement sur le territoire français et/ou à l’international, peut s’avérer être moins évident que prévu lorsque les bonnes sources d’informations ne sont pas disponibles. 

À cet effet, dans cet article, nous allons nous attarder sur les meilleures méthodes à adopter pour trouver une entreprise à reprendre. 

Étape 1 : Faire de la prospection 

reprendre-entreprise-prospection

Pour trouver une entreprise a reprendre, il faut inévitablement faire de la prospection

Afin de faciliter la recherche, il est bon de savoir qu’il y a deux types de marchés qui rendent accessibles ces types d’offres. Ils sont notamment : 

  • Le marché ouvert ou visible : Globalement, il s’agit de sites web spécialisés dans ce domaine qui s’occupent de regrouper des annonces d’entreprises à reprendre dans plusieurs secteurs d’activités. 
  • Le marché caché : Dans ce cas précis, il conviendra de faire appel à votre réseau personnel et professionnel, puisque comme vous l’aurez compris, certaines entreprises choisissent de réaliser une cession en interne. Dans ce cas de figure, la confidentialité est de mise. Cela dit, il est aussi possible d’avoir recours aux services d’un cabinet externe, un intermédiaire qui aura pour mission de faire ces recherches pour vous. 

En outre, il faut savoir que la recherche peut être assez longue et dans certains cas, cela comprendra un minimum de 10 pré-diagnostics de cibles avant de tomber sur une entreprise qui conduira à une négociation finale. 

Étape 2 : Le pré-diagnostic

Une fois que la prospection sera faite et que vous disposerez d’une liste, il conviendra de faire ce que l’on appelle un pré-diagnostic reprise

Cela servira à analyser la faisabilité de votre projet. Ainsi, vous pourrez mieux définir les divers critères de sélection d’entreprises qui vous conviendront le mieux au niveau économique, pratique ou personnel. De même, cela vous évitera d’engendrer des démarches (ou des frais) pour une offre de reprise qui ne vous permettra pas de développer la croissance de votre business. Néanmoins, le rôle d’un intermédiaire ne s’arrête pas uniquement à la prospection. Ce dernier peut vous aider à mieux structurer votre recherche et à trouver une opportunité adéquate à vos besoins. De même, l’intermédiaire pourra vous aiguiller dans le choix des dossiers et vous permettre de vous diriger vers le modèle “idéal” pour votre business. 

Bien souvent, la vente de commerce peut cacher plusieurs raisons et donc, il est essentiel d’étudier les dossiers un à un pour évaluer leur viabilité. 

Étape 3 : Éviter quelques pièges 

reprendre-entreprise-piege-eviterjpg

La reprise d’une entreprise engendre aussi des doutes du côté du cédant qui peut ne pas être complètement arrêté sur le fait de vendre ou qui ne semble pas être très avancé dans cette démarche. 

Bien évidemment, il ne faut pas non plus précipiter la personne. Tous types d’investissement (reprise d’entreprise, bourses, cryptomonnaies, etc.) demandent un minimum de patience. Néanmoins, si vous constatez que les échanges prennent une allure un peu trop lente face à l’indécision ou des blocages de la part du cédant, il conviendra de revoir un peu votre réel intérêt dans l’entreprise en question. Cela peut effectivement vous faire perdre du temps. 

De même, dans le cas de la reprise d’une petite entreprise familiale, il n’est pas rare de voir émerger certains conflits qui peuvent poser des obstacles au niveau de son indépendance.

De ce fait, il sera nécessaire de prendre les mesures de précautions requises pour qu’au moment de la reprise, toutes les parties concernées s’entendent à ce que vous soyez l’unique patron ou patronne. Pour finir, s’il s’agit d’une entreprise en difficulté, il est important d’être encore plus vigilant. Il est bon de s’attarder sur les « éventuelles » raisons qui pourraient freiner d’autres repreneurs plus calés dans le domaine. D’autant plus que cela demandera généralement un certain budget comme notamment : 

  • Le prix de base pour acquérir l’entreprise ;
  • Les investissements et les frais annexes ;
  • Le BFR (besoin en fonds de roulement) qui servira à remettre l’entreprise sur pied.

Vous l’aurez compris, les risques sont plus grands et en termes de financement, cela peut être plus compliqué. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.