Les plus et les moins du nouveau PEL

Alors que le nouveau PEL est entré en vigueur au 1er mars 2011, beaucoup d’épargnants ne connaissent pas encore les différents changements qui ont été mis en place avec la mise en place de la réforme.

Ces nouvelles modalités ont pour but de rendre le plan épargne logement plus attractif aux yeux des français, afin d’encourager l’épargne et l’investissement à des projets immobiliers. Faut il garder son ancien PEL ou ouvrir un nouveau PEL ?

Remuneration du PEL

Avant : Depuis le 1er août 2003 jusqu’au 28 février 2011, les taux d’intérêt était de 2,5%.

Après : La rémunération du plan épargne logement évolue et s’avère plus attractive, avec la mise en place d’un taux plancher à 2,5%. Les taux d’intérêts sont calculés selon l’évolution du marché et n’excédent pas le taux plancher.

Duree de vie du PEL

Avant : Le plan épargne logement pouvait avoir une durée de vie sans limite.

Après : La durée de vie du PEL est désormais de 15 ans. Après la quinzième année de votre plan, vous devrez transférer l’argent qui s’y trouve sur un autre compte bancaire, sinon ce processus se déclenchera automatiquement.

Prime d etat du PEL

Avant : Si un crédit immobilier était effectué, la prime d’État était accordée à l’épargnant avec un taux fixe de 1% des intérêts, limité à un plafond fixé à 1525 euros.

Après : Pour obtenir la prime d’état, vous devez effectuer un crédit immobilier d’un montant supérieur à 5000 euros. Celle-ci s’élève à 1000 euros ou à 1525 euros si votre logement respecte les normes BBC.

Taux du Pret Epargne Logement

Avant : Vous aviez un taux fixe de 4,2% pour un crédit immobilier.

Après : Actuellement le taux d’un prêt épargne logement reste le même, mais les taux devraient être revus à la hausse.

Systeme fiscal du PEL

Avant : Le PEL n’était pas soumis à l’impôt sur le revenu pendant les douze premières années du compte. Les cotisations sociales pouvaient être perçues en une fois à la clôture du plan ou bien à son dixième anniversaire.

Après : Aucun changement pour l’impôt sur le revenu, mais les cotisations sociales sont perçues chaque année.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

3 commentaires