Faire des photos coute de moins en moins cher

Depuis l’avènement de l’ère numérique, le monde de la photographie connaît une véritable révolution, tant sur le plan technologique qu’économique, les deux allant de paire. Autrefois, faire des photos coûtait cher. Chaque foyer possédait en général un appareil plus ou moins onéreux selon la qualité et devait se fournir en pellicules pour réaliser quelques clichés. Jusque dans les années 1960, les pellicules et appareils les plus diffusés ne pouvaient guère réaliser plus de six clichés. Puis, sont apparues les pellicules permettant de faire 12 ou 24 photos. La technologie a donc progressé en fonction de la demande croissante, faisant baisser les prix selon la fameuse règle de l’offre et de la demande. Ainsi, au courant des années 1980 et surtout 1990, les fameux appareils photo jetables ont permis à de nombreux foyer de faire des photos de leurs vacances à moindre frais.

La révolution du numérique

Mais la véritable révolution dans le domaine de la photo fut l’arrivée des appareils numériques. Grâce à ceux-ci, nul besoin de pellicules : le seul achat de l’appareil suffit. Cette innovation a permis d’une part de faire des économies considérables, puisqu’il est possible de réaliser un nombre infini de clichés sans investir dans des pellicules, mais également d’ouvrir les possibilités de développement, comme par exemple de faire imprimer une photo sur toile. On peut également désormais se servir d’un appareil numérique dernier cri à haute résolution, dont les prix ne cessent de se démocratiser, tout comme d’un simple téléphone portable. Créer un album photo personnalisé digne d’un professionnel est ainsi à la portée de tous, d’autant que grâce à l’internet et aux nombreuses réductions que l’on y trouve, le développement est un investissement dérisoire par rapport aux années précédentes. Toutefois, la révolution du numérique n’a pas été sans faire de victimes : les mythiques polaroids ont bien failli passer à la trappe.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

2 commentaires