Revendre ses livres

En cette période de rentrée, vous cherchez probablement à réaliser davantage d’économies que d’habitude. En effet, les vacances sont finies et c’est aussi le moment de faire attention à ses dépenses. Je vous propose donc aujourd’hui, un nouvel article qui vous expliquera les différentes solutions pour revendre ses livres. C’est la période de l’année où il y a le plus de demande, avec notamment les étudiants qui doivent acheter des livres pour leur année scolaire.

Beaucoup d’entre eux d’ailleurs optent pour l’achat de livres d’occasion puisqu’ils sont nettement moins chers que les livres neufs. Pourquoi ne pas les faire profiter de vos anciens bouquins dont vous n’avez plus besoin. En plus, de cette façon, vous ferez un geste écologique en économisant du papier. Mais où revendre ses livres ?

Les bouquinistes

Voici la solution la plus rapide et la plus simple pour revendre vos livres d’occasion si vous habitez dans une grande agglomération. Par contre, c’est celle qui vous rapportera le moins d’argent, faut bien que les bouquinistes se rémunèrent ! Ce n’est pas une arnaque contrairement à ce que j’ai pu lire sur Internet, mais par définition un commerçant achète moins cher ce qu’il revend.

Habitant à Paris, j’ai à plusieurs reprises revendu mes livres chez Gibert Jeune. On vous demande de vous présenter avec une pièce d’identité et de déposer les livres sur le comptoir. Ils vérifient ensuite dans leur logiciel s’ils peuvent ou non vous reprendre le livre. A la fin, ils vous disent ce qu’ils reprennent et le montant proposé. Vous êtes payé soit en espèces ou en bon d’achat (majoration de 10%). Par exemple, si on vous propose 15€ en espèces, vous en aurez 16,50€ en bon d’achat.

Si vous avez des livres refusés (et ça arrive tout le temps), ne perdez pas espoir, vous trouverez sans doute un bouquiniste pas très loin. Pour Paris, il y a Gibert Joseph à Saint-Michel qui reprend certains des livres refusés par Gibert Jeune. Il y a également plusieurs petits bouquinistes qui rachètent quelques livres, et s’il vous reste encore des bouquins à vendre, partez chez Boulinier. Chez eux, on vous rachète tous vos livres du moment qu’ils ne sont pas rongés par la moisissure, par contre la somme qu’on vous proposera sera ridicule. Perso, je préfère les donner que récupérer quelques centimes chez Boulinier.

Avantages de cette solution

  • Vente très rapide
  • Tous les domaines de livres sont généralement acceptés sauf chez les petits bouquinistes
  • Achat de nouveaux livres avec une réduction parfois proposée comme chez Gibert Jeune

Inconvénients

  • Il faut se déplacer avec plein de livres, parfois pas facile de se les trimbaler dans les transports en commun
  • Même pour un livre en excellent état, il ne faut pas espérer en tirer plus de 25% de son prix neuf
  • A certaines périodes de l’année, ils acceptent certains livres qu’ils prendraient sans problème à d’autres périodes
  • Gibert Jeune ne reprend pas les livres France Loisirs, évitez de vous déplacer avec, vous perdez votre temps
  • A la période fin août, septembre et début octobre, il faut patienter parfois jusqu’à 2 heures avant de pouvoir vendre ses livres. Évitez le week-end et préférez le matin
  • Il faut habiter dans une grande ville pour avoir un bouquiniste pas très loin de chez soi.

Sur Internet

Cette solution peut s’avérer intéressante, d’autant plus si vous habitez une petite commune. Par contre, si vous avez beaucoup de livres à vendre, vous vous rendrez vite compte que c’est pas du tout facile ! Il y a deux types de ventes en ligne, la première est la vente sur les plateformes type eBay ou Priceminister où on vous prendra une commission et la seconde, sur les sites tels que Leboncoin où vous n’aurez aucune commission à payer. Bien évidemment, il existe des tonnes d’autres sites, mais il faut faire en sorte que votre annonce soit vue par le plus de personnes possibles. C’est pas en proposant votre livre sur un petit site à audience de 10 personnes par jour que vous réussirez à  le vendre ! J’ai déjà vendu sur des plateformes gratuites et d’autres payantes, voici le résultat que j’en tire…

eBay

Il faut prendre le temps nécessaire pour rédiger une annonce sans fautes, avec une belle photo illustrant le livre en vente. En moyenne, je mettais 20 minutes à rédiger l’annonce, prendre une photo, remplir tous les champs des formulaires eBay, répondre aux éventuelles questions d’acheteurs potentiels et enfin emballer le livre pour qu’il soit expédié.

En rédigeant votre annonce, vous devrez indiquer les frais de livraison. Proposez plusieurs choix à l’acheteur, vous aurez ainsi plus de chances de vendre votre livre. Je propose toujours un tarif lettre et Colissimo pour les livres.

Il faut savoir, que jusqu’à 3 kilos, vous êtes tout à fait autorisé à envoyer vos livres en tarif lettre. Et ça, les employés de la poste ne le savent pas forcément. Ils vous proposent donc d’envoyer le livre vendu à 3€ sur eBay par super colis ultra recommandé pour la modique somme de 25€… Refusez leur proposition complètement inutile et envoyez quand même votre livre en tarif lettre, ils ne peuvent pas le refuser. En France, il n’y a quasiment aucune chance qu’un courrier soit perdu, c’est très rare ! Protégez votre livre correctement et il arrivera sans problème à destination.

En ce qui concerne la commission eBay, elle est plutôt intéressante puisque hors période de promotion, il faut payer 5 centimes pour mettre le livre en vente, quelque soit le prix de départ et 7% de commission sur le prix final.

Priceminister

Contrairement à eBay, il n’y a pas besoin de rédiger une annonce, on cherche le livre comme si on allait l’acheter et on clique sur « Vendez le vôtre ». Il suffit d’ajouter une petite phrase accompagnant l’annonce pour indiquer aux potentiels acheteurs les défauts. Il est vivement conseillé d’ajouter une photo pour attirer l’acheteur.

Vous ne fixez pas les frais de livraison, Priceminister s’en occupe.

La facilité se paye ! Quand on dépose un livre en vente, on ne paye pas de commission, par contre sur le prix final de vente, on paye très cher ! Chez Priceminister la commission est très élevée quand on la compare à eBay. Par exemple, pour un livre vendu 7€, il faudra payer 0,90€ fixe + 15% soit un total de 1,95€ de commission, ce qui fait en réalité presque 28%. De plus, il arrive parfois que les frais de port réels ne soient pas ceux remboursés par Priceminister. Chez eux, il y a le principe de catégorie de produit. Pour chaque catégorie, une certaine somme est considérée nécessaire pour les frais de port. On vous propose par exemple 4€ pour les frais de livraison et vous en payez en réalité 5€ en arrivant à la poste.

Comme je vous le disais au début de l’article, le terme d’arnaque n’est pas adapté à la situation, chaque commerçant doit se faire de l’argent pour vivre. Priceminister facilite la vente mais en contrepartie prend des frais assez élevés.

Leboncoin

Comme pour eBay, vous devez prendre le temps nécessaire pour rédiger une annonce correcte et mettre une belle photo pour attirer les visiteurs. Vous n’avez aucune commission en vendant sur cette plateforme.

Pour remettre le livre à l’acheteur, il peut ou venir chez vous le récupérer, ou bien vous donner RDV autre part. Leboncoin est très pratique dans le cadre d’une vente « locale ».

Conclusion

Chaque type de vente présente ses propres avantages et inconvénients. Il faut voir si vous êtes pressé de remplir votre compte, pressé de vider votre bibliothèque (déménagement par exemple), si vous êtes à côté d’un bouquiniste ou dans un village sans personne pour racheter vos livres à 100 kilomètres…

Pour un même livre, la somme qu’on vous proposera pourra largement varier en fonction de la méthode de vente choisie. Prenez le temps de réfléchir à tous vos paramètres. N’oubliez pas qu’il est peut-être plus intéressant de vendre moins cher mais de ne pas avoir perdu un temps fou à rédiger les annonces, à s’être déplacé à La poste etc… Et si aucune de ces solutions ne vous parait facile, donnez vos livres, vous ferez toujours le bonheur de quelqu’un !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

13 commentaires